Contrôle technique : zoom sur la nouvelle réglementation


À partir du 20 mai 2018, le contrôle technique se durcit avec de nouveaux points de vérification. Instauré pour veiller à la sécurité des usagers de la route, il sert également au suivi de l’entretien de sa voiture et à la préservation de l’environnement. Quels sont les changements imposés par la dernière réglementation en vigueur ?

Une augmentation mesurée des points de contrôle dans les centres auto

Le nombre de points de contrôle passe de 123 à 132. Si l’évolution peut paraître modeste, ceux-ci se composent de points de défaillance qui, eux, sont désormais au nombre de 606, contre 453 pour l’ancienne réglementation. Tout comme son prédécesseur, le contrôle technique revisité concerne l’ensemble des pièces du moteur (radiateur, pompe à eau…), les éléments de sécurité (freins, pneus…), ainsi que la toxicité des gaz d’échappement (contrôle antipollution). Si l’entretien auto régulier sera de plus en plus incontournable avec ce changement de loi (imposant une vérification accrue), cela ne constitue pourtant pas forcément le changement le plus notable pour le contrôle technique.

Les conséquences des défaillances constatées

Le véritable changement survient lorsque des défauts (ou défaillances) sont constatés. On les distingue en trois catégories différentes :

  • la défaillance mineure : des éléments qui ne nécessitent pas de contre-visite, comme un jeu mineur des rotules ;
  • la défaillance majeure : elle demande une contre-visite à effectuer dans un délai de deux mois ; il peut s’agir de feux de croisement hors service ou d’un flexible de frein endommagé ;
  • la défaillance critique : une intervention immédiate est requise sous 24 heures. Le propriétaire du véhicule a uniquement la possibilité de se rendre à son domicile ou chez un garagiste pour réaliser les réparations exigées.

Quelles sanctions en cas de non-respect de la nouvelle réglementation ?

Le contrevenant s’expose à une amende de 135 € s’il circule avec un véhicule non conforme. En cas de paiement immédiat, le montant minoré est de 90 €. En raison d’une durée allongée du contrôle technique, le prix de ce dernier augmente de 20 %, en moyenne, dans les centres agréés. Dans un centre auto à Montpellier ou dans une autre agglomération, il est donc essentiel de veiller au bon entretien de sa voiture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *